Poesie-d-aurore

Poesie-d-aurore

Infirmité motrice d’origine cérébrale (I.M.O.C./PC)

http://www.canal-u.tv/video/cerimes/embed.1/apparition_et_evolution_de_l_infirmite_motrice_cerebrale_chez_le_nourrisson.7619?width=550&height=340

La myoténofasciotomie du docteur Nasarov est-elle sans risque?

La Myoténofasciotomie et l'alerte du SFERHE

 

Diaporama de l'indignation

Réalisé par le groupe Facebook : handicap réagir pour agir!

 

 

Les infirmités motrices cérébrales (IMC) représentent des états pathologiques, non évolutifs, caractérisés par des paralysies, une incoordination des mouvements et d’autres troubles moteurs. Il n’y a pas de trouble de la personnalité.

L’infirmité motrice d’origine cérébrale (IMOC) comporte des troubles sensoriels (visuels, auditif) et l’atteinte des fonctions supérieures (langage, spatialisation, gnosies).

La fréquence moyenne est de 2 à 4 I.M.C. pour 1000 naissances vivantes. La prématurité et la souffrance cérébrale néonatale sont les principales causes d’IMC.

On désigne sous le terme de souffrance cérébrale néonatale, les lésions neurologiques de la période néonatale, sous tendues par un mécanisme de souffrance fœtale aiguë. Les malformations, les atteintes neurologiques de causes infectieuses ou métaboliques sont exclues de ce cadre. La souffrance cérébrale néonatale est observée chez le nouveau-né chaque fois que les cellules cérébrales sont privées d’oxygène : c’est l’anoxie néonatale

Qu'est que les troubles moteur?

Les troubles moteurs élémentaires sont liés aux lésions cérébrales qui perturbent les ajustements précis entre muscles agonistes, antagonistes et synergiques. Chez l’enfant normal, ces ajustements inconscients règlent la posture et le mouvement volontaire.

Les symptômes sont nombreux chez le nouveau-né.

Les troubles de la conscience sont constants depuis la somnolence jusqu’au coma profond. Les réflexes archaïques sont abolis ou incomplets. Les troubles du tonus comportent une hypotonie globale avec réactivité entrecoupée d’accès d’hypertonie trémulante.

Une hyperexcitabilité neuromusculaire, un cri aigu « neurologique », des convulsions, des paralysies, des troubles de la succion et de la déglutition, des mouvements anormaux des globes oculaires et de mâchonnement automatique complètent le tableau neurologique. Une instabilité thermique, des troubles du rythme cardiaque, des apnées avec cyanose, des crises vasomotrices achèvent de caractériser l’état de souffrance cérébrale néonatale.

Parmi les examens complémentaires utiles, l’électroencéphalogramme a surtout un intérêt pronostique. La tomodensitométrie cérébrale (scanner) permet d’apprécier les dégâts anatomiques lorsqu’ils sont visibles.

Saint-Anne Dargassies distingue 3 périodes où le diagnostic d’abord soupçonné, se confirme puis devient évident.

  • A la période d’alarme (0 à 3 mois), les signes de suspicion sont l’irritabilité avec trémulations spontanées ou provoquées, l’excitabilité avec sursauts et secousses, un tonus actif intense, un défaut de la statique de la tête, une mauvaise synergie tête-yeux avec l’absence de poursuite oculaire, un retard d’apparition des jeux de mains, un strabisme persistant, des troubles du sommeil, une hypo-acousie.
  • La période d’orientation (4 à 8 mois) se caractérise par la raideur des membres inférieurs, une hypotonie axiale, le rejet de la tête en arrière, des anomalies de la préhension absente ou lente, des mains souvent fermées, une lenteur psychique.
  • La période de certitude débute à 8 mois ; les signes cités sont évidents. L’absence de pince digitale est frappante le nourrisson est incapable de prendre un objet entre pouce et index. La recherche du signe du « parachute » se solde par un échec : normalement, à cet âge, lorsqu’on plie vers l’avant le tronc du nourrisson, celui-ci écarte les bras devant lui comme pour se protéger. L’absence de ce réflexe, l’apparition des mouvements anormaux confirment le diagnostic.

Les séquelles sont variables :

La spasticité se caractérise par des contractures musculaires puis des rétractions musculo-tendineuses responsables d’attitude en flexion.

L’athétose se traduit par des mouvements lents involontaires qui témoignent de brusques décharges motrices incoordonnées.

L’ataxie est un trouble de l’équilibre qui s’accompagne de tremblements exagérés par le moindre mouvement.

Les troubles du tonus sont variables : hypo ou hypertonie.

La topographie des paralysies permet de définir la monoplégie, la paraplégie, l’hémiplégie, la triplégie, la tétraplégie.

 

A ces troubles moteurs, sont associés différents troubles.

Le niveau mental est variable. La moitié des enfants I.M.C. semblent avoir une intelligence normale. La débilité, lorsqu’elle existe (IMOC) complique encore plus la rééducation.

Le retard scolaire aggrave souvent le déficit intellectuel qui est parfois difficile à apprécier.

Les troubles caractériels sont inévitables.

Une épilepsie est retrouvée dans 1/4 des cas.

Les déficits auditifs, visuels (strabisme etc) et les troubles du langage sont fréquents.

Les troubles sensori-moteurs doivent être recherchés : anomalies du schéma corporel, troubles de l’orientation temporo-spatiale.

Les troubles de la sphère bucco-linguo-faciale sont à l’origine des difficultés alimentaires, des dyspraxies limitant la parole : mobilité réduite de la langue, faciès figé, bouche trop ouverte, impossibilité de souffler, incontinence salivaire (l’enfant bave en permanence),

Les troubles neurovégétatifs sont fréquents de même que les troubles trophiques au niveau des membres paralysés.

 

Causes et facteurs de risque

Les accouchements difficiles sont aujourd’hui rarement responsables de cette pathologie grâce au recours codifié à la césarienne.

Le rôle du traumatisme obstétrical a été mis en évidence en 1828 par Little .Ce médecin a donné son nom au « syndrome de Little » qui est caractérisé par une paraplégie spasmodique apparaissant dès les premiers mois de la vie chez des enfants venus au monde après un accouchement difficile en état d’asphyxie. Ce syndrome entre dans le cadre général des encéphalopathies infantiles.

La souffrance fœtale aiguë peut également résulter d’une anoxie intra-utérine provoquée par une anomalie du placenta ou du cordon, une grossesse prolongée, une hypotension artérielle, une insuffisance respiratoire chronique, un diabète etc.

La prématurité, la dysmaturité, les grossesses gémellaires etc… sont des facteurs favorisants.

L’anoxie cérébrale peut également se constituer après la naissance lors d’une hémorragie cérébro-méningée, d’un collapsus cardiovasculaire, d’une malformation cardiaque ou pulmonaire, mort subite inexpliquée du nourrisson récupérée, état de mal convulsif, arrêt cardiaque, encéphalite etc., toutes circonstances qui entraînent la baisse ou l’arrêt prolongé de la vascularisation du cerveau.

 

Traitement

Le meilleur traitement de l’anoxie néonatale est préventif : il vise à réduire au maximum le traumatisme obstétrical, l’infection néonatale et l’anoxie.

La surveillance de la grossesse et de l’accouchement sont les meilleures garanties.

Devant un enfant I.M.O.C., un bilan complet doit être établi afin de préciser :

  • Le degré de dépendance motrice ;
  • Le niveau mental ;
  • Les troubles associés ;
  • La valeur éducative et socioculturelle du milieu familial ;
  • Les possibilités de scolarisation.

Ce bilan peut être réalisé au mieux dans un Centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP)

La physiothérapie (kinésithérapie, ergothérapie, hydrothérapie, balnéothérapie, électrothérapie) est fondamentale. Les appareillages, les interventions orthopédiques (énotomies, transplantations, allongements, neurotomies, ostéotomies, greffes, etc.) ont une grande importance afin d’obtenir rapidement la verticalisation.

La rééducation orthophonique, les traitements anti-épileptiques sont également indispensables.

Des bilans radiologiques annuels (hanches, rachis) sont indispensables jusqu’à l’adolescence.

Les problèmes digestifs et nutritionnels doivent être dépistés. Les enfants sont souvent hypotrophiques du fait de leurs difficultés d’alimentation. Les déshydratations sont fréquentes. Les fausses routes sont souvent silencieuses mais répétées. Le reflux gastro-oesophagien est pratiquement constant et doit être surveillé et traité médicalement. La chirurgie du RGO se discute en cas de grande dénutrition liée au reflux, d’incidents respiratoires répétés, d’anémie, de risque de rétrécissement ou d’œsophagite et avant intervention d’ostéosynthèse rachidienne.

La ration alimentaire doit être hypercalorique, enrichie en vitamine D, en fer et en acide folique. Les boissons doivent être abondantes.

La constipation doit être dépistée et traitée : position, massages, diététique, hydratation, laxatifs et parfois évacuation d’un fécalome.

Les troubles respiratoires sont liés à la faiblesse des muscles respiratoires et aux fausses routes. Le traitement fait appel à la kinésithérapie respiratoire, les aérosols et les antibiotiques en cas de surinfection.

Toutes les vaccinations usuelles doivent être pratiquées. Les soins dentaires ne doivent pas être oubliés.


13/05/2013
0 Poster un commentaire

RENDEZ-VOUS du 31 septembre et 07 10 13

L'association sera le 31 08 13 au forum des associations de la ville de Châteaubriant 44110


Nous vous y attendrons nombreux !


Ce sera un moyen de pouvoir échanger sur quelques mots de poésie et aussi sur la souffrance parentale face aux handicaps.


http://www.pays-chateaubriant.fr/chateaubriant/menu_principal/vivre_au_pays/associations/forum_des_associations_de_chateaubriant

 

Affiche N°2.jpg

 

______________________________________________________________________

 

Le 07 septembre je serais au centre Leclerc de Châteaubriant.
Je vous y attendrai nombreux pour la vente et dédicace du recueil : Poésie d’Aurore.
Pour rappel : ... Ce recueil reste notre seul moteur financier. L’intégralité du prix de vente est redistribuée à l’association à des fins de fonctionnement et à des projets futurs.
Projet de participation à des événements culturels et littéraires
Un moyen de pouvoir informer le public sur les difficultés parentales face au handicap de leurs enfants. Un moyen aussi de s’interroger sur certains soins non reconnus en France mais qui sont d’actualités en Europe. Je pense plus particulièrement à la Myoténofasciotomie qui semble être un atout majeur pour certains handicaps.
Projet de création d’un atelier d’écriture où chacun pourra développer sa créativité tout en étant secondé par d’autres membres dans un moment privilégié d’écoute et de respect.
Projet d’édition de recueil poétique et de nouvelle tiré des meilleurs textes communs.
Dans un avenir lointain :
La création ainsi que la réalisation d’un petit spectacle poétique créé par les écrits commun de tous les membres est toujours d’actualité.
Aide ponctuelle aux parents d’enfants handicapés lors de loto ou autres actions.
Aide si possible et ponctuelle à une association sachant gérer et négocier du matériel paramédical.
Mais pour tout cela, nous avons besoin de vous !
Sans vous tous, sans bonne volonté et sans envie rien ne sera possible !
AIDEZ-NOUS, SOUTENEZ-NOUS !
Portons la littérature au service d’une cause. 
Affiche N°1.jpg

 


28/08/2013
0 Poster un commentaire

Le Handicap mental

François Beiger

 

 

 

Comprendre la déficience mentale 

 

Qu'est ce que la déficience mentale ?

 

Il existe plusieurs définitions de la déficience mentale, dont celle de la Classification Internationale des Handicaps (C.I.H.), celle du Guide Barème et celle des Associations représentant les personnes handicapées mentales :

  • La Classification Internationale des Handicaps utilise le terme de "déficience de l’intelligence" : "Perturbations du degré de développement des fonctions cognitives telles que la perception, l’attention, la mémoire et la pensée ainsi que leur détérioration à la suite d’un processus pathologique".
  • Le Guide barème utilise le terme de "handicap mental" distingué de ceux de "handicap physique" ou de "maladie mentale" : "Toute perte de substance ou altération d’une fonction ou d’une structure psychologique, physiologique ou anatomique".
    Source : Votre enfant est différent, UNAPEI, 1993 : "Guide à l’attention des parents de jeunes enfants handicapés mentaux".
  • UNAPEI : une personne handicapée est une personne à part entière, à la fois ordinaire et singulière.
    Elle est ordinaire, parce qu'elle connaît les besoins de tous, elle dispose des droits de tous et elle accomplit les devoirs de tous.
    Elle est singulière, parce qu'elle est confrontée à plus de difficultés que les autres citoyens, et qui sont la conséquence d'une ou plusieurs déficiences.
    Ainsi, le handicap mental se traduit par des difficultés plus ou moins importantes de réflexion, de conceptualisation, de communication et de décisions. Ces difficultés doivent être compensées par un accompagnement humain, permanent et évolutif, adapté à l'état et à la situation de la personne.
    Source : Dossiers sur les handicaps. Revue Déclic.

 Quelles différences avec la Maladie Mentale ?
 
Il y a très souvent confusion entre handicap mental et maladie mentale.

 Union Nationale des Amis et Famille de Malades Mentaux (UNAFAM) : "La personne malade mentale souffre de
 troubles d'origines diverses qui entachent son mode de comportement d'une façon momentanée ou durable, et inégalement
 grave
".

 UNAPEI : "La personne malade mentale est marquée par une perturbation de ses facultés mentales susceptible d'être
 guérie ou réduite au moyen d'une thérapie adaptée
".
 Sources :
 
- Handicap et maladie mentale/Romain Liberman - PUF, 1988 : "Approche historique et sociologique du handicap et de
 la maladie mentale.

 Quelles sont les origines de la déficience mentale ?

  • A la conception : maladies génétiques, aberrations chromosomiques, incompatibilité sanguine...
  • Pendant la grossesse : radiation ionisante, virus, médicaments, parasites, alcool, tabac...
  • A la naissance : souffrance cérébrale du nouveau né, prématurité...
  • Après la naissance : maladies infectieuses, virales ou métaboliques, intoxications, traumatismes crâniens, accidents du travail ou de la route, noyades, asphyxies...
    Sources :

    - L’enfant handicapé mental - Antoine et Janine Galland - Éditions Nathan 1993 : "guide pratique pour élever un enfant handicapé mental de la naissance à l’âge adulte".
    - Le handicap mental chez l’enfant/François Chapireau, Jacques Constant, Bernard Durand - Éditions ESF, 1997 : "à partir de la méthode de Wood, ce livre apporte un éclairage historique, une approche clinique et se prononce sur les choix des politiques de santé".
    - Le handicap dit mental/André Michelet et Gary Woodill - Éditions Delachaux et Niestlé, 1993 : "synthèse sur la recherche et l’évolution de la définition du handicap mental".
    - Retards et troubles de l’intelligence de l’enfant/Roger Misès, Roger Perron, Roger Salbreux - Éditions ESF, 1994 : "présentation des connaissances sur le handicap mental (épidémiologie, causes, clinique, annonce, éducation, famille, développement de l’enfant,…)".
    - Une vie à vivre avec les personnes handicapées mentales/José Davin, Esther Delvin, Viviane Le Polain de Waroux : "ce sont toutes les questions de la vie quotidienne qui se trouvent présentés dans cet ouvrage".
    - Qui sommes-nous ?/ Roland Lièvremont : "un éducateur parle des personnes handicapées mentales".
    - Les personnes handicapées mentales. Revue Réadaptation n°396, 1993).


    Quels sont les besoins spécifiques des personnes handicapées mentales ?

 La déficience mentale induit, comme compensation, une "aide à la décision" ou "aide à faire
 ses choix" ou "aide à la conduite de sa vie" qu'apporte un accompagnement ou soutien
 humain adapté. La prise en charge de cette compensation relève des obligations de la
société au titre de la solidarité.

D'un point de vue social, le handicap consiste dans la limitation du libre exercice des rôles sociaux individuels : exercer une profession et un rôle familial, se former, aller et venir, choisir son lieu de résidence..

Pour la personne concernée, la déficience mentale entraîne la nécessité de disposer d’un accompagnement et d’un soutien
 adaptés à ses besoins et à son degré de handicap. 

 Différents services sociaux, médicaux, éducatifs et scolaires sont conçus pour répondre aux besoins spécifiques de la
 personne handicapée mentale : prévention, diagnostic, intervention précoce, aide aux parents et aux familles, éducation,
 enseignement, formation professionnelle, hébergement, intégration sociale, loisirs, formation, économie, protection
 juridique, information du public.

 La zoothérapie est d'un très grand apport dans l'épanouissement et le développement de la personne handicapée
 mentale. Si cela vous intéresse n'hésitez pas à me consulter par courriel.

 Il est nécessaire de rappeler que, malgré le manque de place d’accueil et de soutien et certaines attitudes de rejet, la personne
 atteinte d’un handicap mental a les besoins, dispose des droits et accomplit les devoirs de toutes personnes. En plus, elle
 connaît un ou plusieurs handicaps (physiques et/ou sensoriels venant s’ajouter au handicap mental) qui la conduisent à avoir
 besoin d’une compensation qu’il appartient à la collectivité de lui garantir au titre de la solidarité nationale.

 Quelle est la représentation des personnes handicapées mentales ?

 L’Union Nationale des Associations de Parents et Amis de Personnes Handicapées Mentales (UNAPEI) est une
 fédération d’Associations locales (APEI), départementales (ADAPEI), régionales (URAPEI). Elle a été créée en
 1960.

 Les Associations qu’elle fédère accueillent, écoutent, apportent soutiens, solutions et conseils. Elles créent et gèrent près
 de 2700 établissements et services spécialisées dans l’accueil et l’accompagnement de 180 000 personnes handicapées
 mentales (enfants et adultes).

 L’UNAPEI a pour objectif de faire reconnaître la dignité des personnes handicapées mentales. Elle défend leurs intérêts
 et ceux de leurs familles.
 Afin d’atteindre ses objectifs, elle agit auprès du Gouvernement, des assemblées parlementaires, des administrations, des
 collectivités locales, des organismes sociaux, des institutions européennes et internationales.

 La Classification Internationale des Handicaps (déficiences, incapacités et désavantages) comporte trois
 classifications distinctes et indépendantes, chacune se référant à un niveau spécifique des conséquences des maladies :

  • les déficiences relatives à toute altération du corps ou de l'apparence physique, ainsi qu'à une anomalie organique ou fonctionnelle, qu'elle qu'en soit la cause ;
  • les incapacités qui reflètent les conséquences de déficiences en termes d'activité fonctionnelle de l'individu ;
  • les désavantages qui se rapportent aux préjudices résultant pour l'individu de sa déficience ou de son incapacité.

 Le Guide Barème d'évaluation des déficiences et des incapacités des personnes handicapées est un
 document destiné aux Commissions Départementales de l'Éducation Spéciale (CDES) et aux Commissions  Techniques d'Orientation et de Reclassement Professionnel (COTOREP). Ces commissions l'utilisent pour évaluer les
 déficiences d'une personne handicapée, enfant ou adulte, et les conséquences et répercussions sur sa vie sociale et
 professionnelle, ainsi que sur son entourage. Il permet de déterminer le taux d'incapacité de la personne concernée pour une
 période donnée, à l'issue de laquelle ce taux sera réexaminé en tenant compte des évolutions possibles

 Visitez également le site de l'UNAPEI qui sera en mesure de vous transmettre toutes informations.


23/05/2013
0 Poster un commentaire

INFORMATIONS

Marie-Arlette Carlotti organisera un tchat chaque mois avec les Français sur le site du ministère

 

La ministre explique, dans un communiqué, que c'est pour "renforcer le lien" avec les Français qu'elle s'adonne à l'exercice du tchat :

 

"Tout ce qui peut améliorer le fonctionnement de notre démocratie et renforcer le lien entre les citoyens et leurs représentants doit être exploré."

 

Marie-Arlette CARLOTTI a décidé de donner un rendez-vous mensuel aux Français via un tchat. Les citoyens seront invités à dialoguer sur tous les sujets relatifs à la politique du handicap et de la lutte contre l’exclusion.
Le premier rendez-vous se tiendra en direct ce lundi 13 mai à 18h30 sur le site.

 

Marie-Arlette Carlotti : après un an d’action, elle donne rendez-vous tous les mois aux Français sur Internet

 

 

Le rendez-vous de la solidarité Marie-Arlette CARLOTTI a par ailleurs décidé de donner un rendez-vous mensuel aux Français via un tchat. Les citoyens seront invités à dialoguer sur tous les sujets relatifs à la politique du handicap et de la lutte contre l’exclusion.

Le premier rendez-vous se tiendra en direct ce lundi 13 mai à 18h30 sur le site

« Tout ce qui peut améliorer le fonctionnement de notre démocratie et renforcer le lien entre les citoyens et leurs représentants doit être exploré. C’est aussi de cette manière que nous lutterons contre les tentations populistes et démagogiques. » explique Marie-Arlette CARLOTTI.

 

 

A SUIVRE DONC...

 

______________________________________________________________________________________

 

 

1er JUIN 2013

Première journée mondiale des parents

Première journée mondiale des parents le 1er juin

 

L’ONU vient de décider de faire du 1er juin, la journée mondiale des parents. Un évenement international pour mettre la famille à l’honneur durant toute une journée. Le samedi 1er juin prochain sera donc la première journée célébrée dans le monde.

 


Selon la résolution 66/292 de l'ONU selon laquelle l'Assemblée Générale "décide de faire du 1er juin la Journée mondiale des parents, qui sera célébrée tous les ans en l’honneur des parents du monde entier; invite les États Membres à marquer la journée mondiale des parents en étroite association avec la société civile, particulièrement les jeunes et les enfants; prie le Secrétaire Général de porter la présente résolution à l’attention de tous les États Membres, des organismes des Nations Unies et des organisations de la société civile afin que la journée mondiale des parents soit célébrée comme il convient."

 

Valoriser le travail des parents

Make Mothers Matter International (MMMI) anciennement Mouvement Mondial des Mères, s'associe à cette célébration qui souligne l'importance du rôle des parents. Le même jour dans le monde entier, les deux protagonistes essentiels de la vie des enfants sont mis à l'honneur. Cette journée est un complément international aux fêtes nationales des mères et des pères et à la Journée Internationale de la Famille.

__________

(Je pense particulièrement aux mères de familles obligées de quitter leurs emplois afin de pouvoir s'occuper pleinement de leurs enfants handicapés.

Gardons l'espoir que cette journée permettra de sensibiliser les différents acteurs concernés et les amener à réfléchir sur l'investissement de ces parents. NDL)

__________

Cette journée sera l’occasion de valoriser le travail des parents et en particulier celui des mères qui qui continuent d’assumer la plus grosse partie des soins et de l’éducation des enfants. "Puisse cette journée encourager les parents à une meilleure répartition des tâches et stimuler les pères à s'investir davantage dans les soins et les travaux domestiques", indique Make Mothers Matter International.

 

 

Des idées de réflexions

 

Le MMMI rappelle quelques mesures de soutien aux parents qui peuvent être prises par les Etats et par les employeurs.

 

- Inclusion du travail familial non rémunéré dans le calcul du PIB pour mieux prendre en compte son importance, - Inclusion des interruptions de carrière à des fins familiales dans le calcul de la retraite - Recherche de meilleures solutions de conciliation professionnelle/familiale pour les parents en intégrant une approche non linéaire de la vie professionnelle. - Développement du travail à temps partiel choisi par les parents. - Aide à la réintégration des parents dans la vie professionnelle par la prise en compte des compétences acquises durant une période de travail familial complet ou partiel

 

Une journée qui a pour but de sensibiliser le public sur le rôle des parents et les éventuelles solutions à adapter pour la famille.

 

______________________________________________________________________________________

 

 

A savoir:
Monsieur le Président, nous vous laissons juge du bien-fondé de ces positions, et nous avons toute confiance dans la capacité de votre gouvernement à avoir une approche rationnelle du problème de l’autisme, et plus généralement des troubles cognitifs et mentaux et de la psychiatrie

http://blog.santelog.com/2013/06/07/lettre-ouverte-sur-la-pedopsychiatrie-et-lautisme-kollectif-7-janvier/

 

 

 

 



14/05/2013
0 Poster un commentaire

Boite à outils

trouvez ici quelques liens utiles pour vos droits. Toujours contacter les organismes concernés plus de plus amples renseignements.

 

Allocation d'éducation de l'enfant handicapés : http://vosdroits.service-public.fr/N14808.xhtml

 

Carte Européenne de stationnement : http://vosdroits.service-public.fr/F2891.xhtml

 

La scolarisation des élèves handicapés : http://www.education.gouv.fr/cid207/la-scolarisation-des-eleves-handicapes.html

 

 

Document de travail :
Les établissements et services
médico-sociaux
pour enfants et adolescents handicapés
activité, clientèle et personnel au 31 décembre 2001
 
 
Mieux prendre en charge les surcoûts liés au handicap.
C’est l’objectif de la prestation de  compensation du handicap versée parle Conseil général. Cette aide, dont le montant est défini dans le cadre d’un plan individualisé, peut financer, outre des aides humaines et matérielles : l’aménagement de la maison, de la voiture, l’achat de fauteuil roulant, des aides animalières... Pour compléter la PCH, il est possible de faire une demande auprès du Fonds départemental de compensation du handicap,pour mobiliser différents organismes, par l’intermédiaire de la Maison départementale de l’autonomie du Conseil général.
 

Conditions de recevabilité de la prestation de compensation du handicap

La prestation de compensation du handicap (PCH) est une aide financière versée par le conseil général. Elle est destinée à financer les besoins liés à la perte d'autonomie des personnes handicapées. Son attribution est personnalisée. Pour pouvoir bénéficier de la PCH, la personne handicapée doit remplir un certain nombre de conditions de handicap et de résidence. Il est possible de bénéficier de la PCH à domicile, ou en établissement.

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F14202.xhtml

 

03/06/2013
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser